Évènements

Me, Family

Me, Family est un projet de grande envergure, comprenant une série de présentations de la Collection Mudam, d’événements, une publication, ainsi que la plateforme https://mefamily.mudam.com où sont présentées les œuvres de 24 artistes originaires de 14 pays. Il s'inspire de l'exposition iconique The Family of Man conçue par Edward Steichen (1879, Bivange – 1973, West Redding) en 1955 pour le Museum of Modern Art de New York. Dépeignant l’humanité comme une grande famille à travers le médium de la photographie, The Family of Man fut présentée dans plus de 150 musées à travers le monde entre 1955 et 1962. Depuis 1994, elle est exposée de façon permanente au château de Clervaux au Luxembourg. Me, Family aborde des questions d'actualité qui ont trait à la circulation de l'information et des données dans nos sociétés mondialisées. Jamais, en effet, nous n'avons vécu une époque aussi frénétiquement connectée et sous surveillance constante. Les artistes réunis au sein de cette plateforme se confrontent à cette réalité complexe et l'interprètent à travers leurs différentes pratiques. Le projet propose ainsi un portrait aux multiples facettes de l’humanité en ce début du 21e siècle, et ouvre une réflexion sur des sujets tels que le progrès technologique, l’innovation numérique, le plaisir, le divertissement et l’individu, pour certains plus sombres comme l’aliénation, les inégalités sociales, les guerres ou les crises identitaires. Me Family questionne ainsi nos réalités ordinaires ou extraordinaires, le passage de la sphère publique à la sphère privée, du réel à la fiction, en laissant chacun parcourir librement ce lacis d’interrogations. Avec cette plateforme digitale, nous invitons chaque visiteur à devenir un avatar, une entité virtuelle pouvant interagir en temps réel avec les œuvres et avec les autres visiteurs. Chacun peut ainsi s’immerger dans les œuvres, présentées ici dans un format inédit, et participer aux événements proposés dans le cadre du programme associé, qui font de cette plateforme un espace propice au débat. Lieu: Online Date: 28 oct. 2020 – 21 mars 2021 Commissaires: Francesco Bonami, Emanuela Mazzonis di Pralafera and Luigi Alberto Cippini Concept de la platforme: Base Design Brussels Partenaires média: RTL, Luxembourg Times, Beaux Arts Magazine, Mousse Magazine Artistes: Doug Aitken Sophia Al Maria Yuri Ancarani Darren Bader Lara Baladi Clément Cogitore Christian Falsnaes Harun Farocki Simon Fujiwara Ga Ram Kim Thomas Hirschhorn Olia Lialina Karolina Markiewicz & Pascal Piron Eva & Franco Mattes Li Ming Mario Pfeifer Wong Ping Cheng Ran Cindy Sherman Marianna Simnett Rudolf Stingel Jordan Wolfson https://www.mudam.com/fr/expositions/me-family-1

Mar 20, 2021
Lire plus
Luxembourg City Film Festival - Jeune Public

LUXEMBOURG CITY FILM FESTIVAL (4-14 mars 2021) Soutenu conjointement par le ministère de la Culture et la Ville de Luxembourg, le Luxembourg City Film Festival est le festival de cinéma officiel du pays. Il promet ainsi chaque année un contenu d’une qualité artistique indéniable ainsi que de nombreuses exclusivités cinématographiques. Véritable panorama de la création contemporaine internationale via une sélection de fictions et documentaires, de séances spéciales, de productions nationales ainsi qu’un cycle jeune public, ce rendez-vous se déploie sur onze jours. Depuis 11 ans, le Luxembourg City Film Festival fait de l’éducation à l’image une priorité. Dans un monde constamment abreuvé d’images, sa mission est d’accompagner les enfants et les jeunes et de leur faire découvrir de nouvelles formes narratives, pour lesquelles les clés de lecture ne leur sont pas nécessairement fournies. Il propose ainsi chaque année une programmation de films et d’activités adaptés aux enfants et aux jeunes de 3 à 19 ans. En plus d’être un enseignement à l’image, le choix des films permet également aux jeunes de se confronter au monde et à ses différentes réalités. Cette année encore, une sélection de films pour les scolaires de l’enseignement secondaire abordera les thèmes de la migration, de l’identité, de la compréhension de l’autre, des droits humains ou encore des droits des enfants. Toutes ces séances seront encadrées par des spécialistes qui aborderont tant les aspects cinématographiques que thématiques. Si l’époque est faite d’incertitudes, l’équipe du Festival est heureuse de vous offrir une garantie : la 11ème édition du Luxembourg City Film Festival se tiendra du 4 au 14 mars 2021. En salle, en ligne ou les deux, elle s’adaptera aux conditions sanitaires pour vous offrir une onzième édition chaleureuse et l’expérience cinématographique la plus riche possible. Voilà pourquoi elle a choisi de développer une solution digitale en ligne qui, en complément de l’offre présentielle, en salle, vous permettra de profiter dans les meilleures conditions possibles des contenus qu’elle a à proposer. Pas moins de sept films dédiés uniquement aux scolaires (12 ans et plus) seront ainsi disponibles en salle et en ligne. Le LuxFilmFest gardera bien évidemment la priorité à la salle, mais sera à même de s’adapter aux restrictions et fera toujours de la sécurité de ses spectateur·trice·s sa priorité. Inscription : https://www.luxfilmfest.lu/fr/inscriptions-filmsateliers Date : du 4 au 14 mars 2021 Lieux : Cinémathèque de la Ville de Luxembourg, Kinepolis, CNA, en ligne Vous trouverez des dossiers pédagogiques sur une sélection de films "Jeune Public" dans la rubrique "Medias" de la plateforme.

Mar 3, 2021
Lire plus
Stronger than memory and weaker than dewdrops - Karolina Markiewicz & Pascal Piron

STRONGER THAN MEMORY AND WEAKER THAN DEWDROPS ARTISTE(S): KAROLINA MARKIEWICZ & PASCAL PIRON CURATEUR(S): KEVIN MUHLEN 18.9 — 28.11.2021 Vernissage : vendredi, 17.9.2021, 18 h 00 Stronger than memory and weaker than dewdrops, une exposition multimédia créée par Karolina Markiewicz et Pascal Piron, se fonde sur et se confond avec la poésie contemporaine pour exprimer l’actualité du monde, mais aussi son histoire et ses mythes. Les mythes et l’abstraction qui représentent ici un monde parallèle par lequel nous pouvons nous expliquer les histoires et les faits, même les plus impactants. Un monde par lequel nous ressentons et qui nous permet peut-être de faire partie d’une collectivité humaine. If I Were Another By Mahmoud Darwish Translated by Fady Joudah If I were another on the road, I would not have looked back, I would have said what one traveler said to another: Stranger! awaken the guitar more! Delay our tomorrow so our road may extend and space may widen for us, and we may get rescued from our story together: you are so much yourself ... and I am so much other than myself right here before you! If I were another I would have belonged to the road, neither you nor I would return. Awaken the guitar and we might sense the unknown and the route that tempts the traveler to test gravity. I am only my steps, and you are both my compass and my chasm. If I were another on the road, I would have hidden my emotions in the suitcase, so my poem would be of water, diaphanous, white, abstract, and lightweight ... stronger than memory, and weaker than dewdrops, and I would have said: My identity is this expanse! If I were another on the road, I would have said to the guitar: Teach me an extra string! Because the house is farther, and the road to it prettier— that’s what my new song would say. Whenever the road lengthens the meaning renews, and I become two on this road: I ... and another! Mahmoud Darwish, "If I Were Another" from The Butterfly’s Burden. Copyright © 2008 by Mahmoud Darwish, English translation by Fady Joudah. https://www.casino-luxembourg.lu/fr/Expositions/Stronger-than-memory-and-weaker-than-dewdrops

Sep 17, 2021
Lire plus
Cercle de Lectures - Des mots et des maux. La guerre des clichés

Cercle de lectures, proposé par Corina Ciocârlie et le Cercle Cité 25.03.2021, de 18h30 à 20h00, à l'Auditorium du Cercle Cité Inscription obligatoire: https://www.weezevent.com/cercle-de-lectures-25-mars-2021 Avec l’humour et la rapidité de trait qui le caractérisent, le dessinateur roumain Dan Perjovschi rappelle un secret de Polichinelle: on n’est prêt à accepter que ce qui nous ressemble. Le GOOD GUY du western que nous ne cessons de récrire à travers nos récits ultra-contemporains sera toujours blanc et habillé à l’occidentale, le BAD GUY – forcément noir et/ou enturbanné. On se croirait dans le bon vieux Dictionnaire des idées reçues qui permettait déjà à Flaubert de regarder le monde à travers les œillères – et les poncifs – du duo Bouvard & Pécuchet : « ALLEMANDS : Peuple de rêveurs (vieux). ANGLAIS : Tous riches. ANGLAISES : S’étonner de ce qu’elles ont de jolis enfants. FRANÇAIS : Le premier peuple de l’univers. IMBÉCILES : Ceux qui ne pensent pas comme vous. ITALIENS : Tous traîtres. » IMBÉCILE – comme PAUVRE, ou comme CÉLIBATAIRE – n’est qu’une étiquette, en apparence banale, qu’on vous colle au détour d’une conversation. De même, le turban noir posé sur la tête du BAD GUY n’est qu’un accessoire dont on l’affuble, comme la moustache collée au visage de la Joconde. Le Centre Pompidou y voit tout de même plus qu’une facétie désopilante : « Par quelle pulsion ‘jocondoclastique’, sur un portrait reproduit de La Joconde de Léonard, Marcel Duchamp en 1919 a-t-il ajouté une moustache, un bouc et un titre prometteur, L.H.O.O.Q. (‘elle a chaud au cul’)? (…) Duchamp introduit avec ce simple ready-made une autre préoccupation : celle (…) de l’homosexualité latente : lui-même, après s’être rasé, se travestit en femme et prend l’identité trouble de Rose Sélavy, nom propice aux calembours. » Les mêmes questions, on peut se les poser à propos du dictionnaire flaubertien : « BLONDES : Plus chaudes que les brunes (voyez Brunes). BRUNES : Plus chaudes que les blondes (voyez Blondes). NÉGRESSES : Plus chaudes que les blanches (voyez Brunes et Blondes). » Renvoyé(e)s dos à dos, certain(e)s vont sans doute finir par se demander s’il ne faudrait pas censurer Flaubert – comme on a censuré le titre du roman d’Agatha Christie –, même s’il ne fait que répertorier la suffisance des autres. Sans en arriver là, ouvrons le débat, car le malaise, par les temps qui courent, ne s’apaise pas. Moins encline au badinage, Hannah Arendt montre, dans Eichmann à Jérusalem, que le recours aux clichés de langage entretient l’absence de pensée et diminue la conscience des actes commis, résumant ainsi « la leçon de la terrible, de l’indicible, de l’impensable banalité du mal ».

Mar 24, 2021
Lire plus
Transitions - Séverine Peiffer

« Transitions » est une collaboration artistique entre l’artiste Séverine Peiffer et les élèves de l'option Photographie du Lycée Aline Mayrisch Luxembourg, accompagnés par leur professeure Séverine Bauer. Le projet imaginé par l'artiste propose aux élèves d'explorer leur identité et leurs émotions à travers la création photographique, soutenant la démarche autobiographique comme outil à la construction identitaire de l'adolescent. L'exposition photographique représente un parcours de 10 portraits réalisés à la technique du collodion humide et imprimés sur très grand format (120x160cm), parle des émotions de ces jeunes adultes face au monde qui les entoure et atteste de leur présence au monde tout en proposant un dialogue entre eux et le public qui les observe. Depuis son invention au milieu du 19e siècle, la photographie a permis à l’homme de découvrir sa propre image et, dans le même temps, d’explorer toutes les facettes de son être. Sous la direction de l’artiste Séverine Peiffer, spécialisée dans les techniques de la photographie alternative, et dans le cadre d’un atelier pédagogique soutenu par le programme Kulturama du SCRIPT, les jeunes adultes ont fait l’expérience dudit langage artistique pour exprimer leurs pensées, leurs peurs, leurs doutes, leurs identités et enfin, se révéler à eux-mêmes. Si certains ont choisi de montrer leur optimisme et leur détermination, d’autres ont choisi la voie de la vulnérabilité et de la sensibilité, ou encore ont préféré garder une part de secret. Tous ont relevé le défi d’affirmer leur personnalité grâce à la photographie au collodion humide, procédé photographique attribué à l'Anglais Frederick Scott Archer en 1851, permettant la réalisation de portraits uniques et fascinants. L’exposition bénéficie du soutien financier et logistique de la Ville de Luxembourg. A découvrir jusqu’en avril 2021. Entrée libre. https://www.vdl.lu/de/aktuelles/fotoausstellung-transitions Découvrez-en plus sur l'artiste et son travail à travers ce podcast: https://www.rtl.lu/kultur/podpurri/a/1676930.html

Apr 29, 2021
Lire plus
3 X ME - my Echo, My Shadow and Me

My Echo, My Shadow and Me (que nous abrégeons en 3xMe) est un programme artistique et social articulé d'ateliers, de discussions publiques et d'une exposition autour du thème de l'influence de la culture numérique sur l'identité des jeunes générations et de la manière dont nous pouvons utiliser les outils technologiques. Le projet est centré sur des ateliers autobiographiques réguliers dirigés par l'artiste et facilitatrice Cristina Nuñez et impliquant des groupes de jeunes locaux (15-26 ans) qui réaliseront des œuvres d'art participatives à caractère autobiographique et social. Sur une période de 8 mois (4 mois en 2021 et 4 mois en 2022), les ateliers utiliseront le dispositif "The Self-Portrait Experience" (SPEX) de Cristina Nuñez, dans lequel les participants explorent leurs émotions, leurs besoins et leurs valeurs à travers des questions guidées posées par l'artiste avec une approche de pair à pair. Ensuite, grâce à l'utilisation de divers médias - tels que la photographie, la vidéo et la tenue d'un journal - ils constitueront une archive autobiographique et communautaire. L'objectif est de guider les participants dans un voyage vers l'expression de soi, l'autonomisation et un sentiment d'appartenance à la communauté plus fort, basé sur le "partage" et la divulgation de soi. L'approche peer-to-peer est accentuée par le fait que la première série d'ateliers (2021) vise également à former certains jeunes locaux pour qu'ils deviennent des animateurs de la méthode SPEX et travaillent comme assistants lors de la deuxième série d'ateliers (2022). Le projet a également pour but de s'engager dans un apprentissage mutuel entre les organisations impliquées dans le projet sur la façon dont l'apprentissage expérientiel typique des ateliers artistiques peut être introduit dans les programmes scolaires et adapté aux besoins de groupes spécifiques de jeunes. Une sélection du matériel participatif résultant des ateliers sera présentée dans une exposition physique à l'Université du Luxembourg à Esch, une plate-forme en ligne et une publication. Pour participer ou faire participer votre classe, votre structure ou votre établissement à ce projet , veuillez contacter Cristina Nunez: cristina@self-portrait.eu https://selfportrait-experience.com/the-method/

Jan 29, 2022
Lire plus
Impressum© Copyright 2021 by IKL. All rights reservedTerms of use